Chaque livre peut être imprimé en intégralité dans le cadre de la copie privée.


A lire dès le 2 février

Dans la Science-Fiction dès 11 ans : UNE SI JOLIE PLANÈTE par Claude Jégo


L'alerte du tableau de bord ne cessait de sonner, agaçante au plus haut point. Jorg sentit la nervosité l'envahir et analysa la situation en trois secondes.

« Oui, les moteurs s'apprêtaient à lâcher, c'était une évidence. Oui, il devait poser son vaisseau rapidement sinon il s'écraserait à coup sûr et sa seule possibilité était cette fichue planète inconnue, la seule qui apparaissait sur son radar. Et toute jaune en plus. Une mocheté. »

Cramponné aux commandes, Jorg fit descendre l'appareil sans savoir ce qui l'attendait : s'écraser contre une montagne, plonger dans un étang vaseux, s'ensabler dans un désert ? Malgré tous ces points d'interrogation et le ventre noué par l'angoisse il parvint à réaliser un atterrissage tout en douceur et sans casse.

« Un véritable exploit que je ne suis pas prêt de renouveler ! » songea-t-il en sentant son cœur cogner comme un fou dans sa poitrine.

Il s'efforça aussitôt de contacter sa base spatiale mais sans y parvenir malgré ses essais répétés. Son tableau de bord lui jouait un véritable feu d'artifice et toutes les couleurs de l'arc-en-ciel fusaient dans le cockpit. C'était incompréhensible !

– Gruba 83, tu te réveilles ? C'est quoi ce machin jaune suspendu dans l'espace sur lequel on a malheureusement atterri ?




En ligne sur Bopy.net

Dans les Contes à partir de 9 ans : LE VOYAGE DE TOMMY ET PELUCHON par Claude Jégo

Monsieur Gredon, le surveillant général, fit gravir au petit Tommy les marches qui menaient au deuxième étage de l'Institut des Enfants Perdus.
– Tu resteras ici aussi longtemps que je le déciderai, gronda-t-il. Je suis certain que tu ne manqueras pas à tes camarades.
Il repartit, la porte claqua et ce fut le silence.

Tommy aurait pu s'allonger sur son lit et éclater en sanglots mais que se passa-t-il, ce soir-là, dans la tête de l'enfant ? Il récupéra son ours caché sous l'oreiller pour l'enrouler dans une écharpe et, son ours serré contre son coeur, Tommy traversa le palier et emprunta l'escalier réservé au personnel.

Il descendit les marches, trouva la porte d'entrée et se glissa entre les deux vantaux.
"Ils étaient dehors ! Libres, ils étaient libres !"
– Accroche-toi, Peluchon ! Je ne voudrais pas risquer de te perdre.
Et dans la nuit noire, un petit bonhomme partit en courant.

Tommy vérifia que personne ne l'avait suivi avant de tourner l'angle du boulevard mais, à une heure aussi tardive, tout était désert. A bout de souffle, il ralentit. Il avait parcouru au moins quatre grandes rues et plusieurs ruelles ; Peluchon et lui devaient être sécurité.





                                                              

haut de page



www.bopy.net - contactez Claude Jego e.mail : cl.jego@worldonline.fr